Suivez-nous Suivez-nous Suivez-nous Suivez-nous Suivez-nous 
04 76 80 06 82
contact 
  Dormir  
  Découvrir  
  Randonner  
  Agenda et activités  
  En pratique  
Été
UN PETIT PLONGEON DANS LE VENOSC D'AUTREFOIS ...
Hier dans nos différents petits hameaux...
Jusqu'au XXème siècle la commune était composée de pas moins d'une trentaine de hameaux! (il en reste 11 aujourd'hui!)
Sur le chemin qui monte vers le lac Muzelle il y avait de nombreux hameaux comme :
  • Le Pleynet,
  • Le Cerisier,
  • Le Pré,
  • Laffreyte,
  • Le Petit Grenoble,
  • Le Con,
  • la Brodière,
  • Villeneuve.
Sur le chemin qui monte vers Les Deux Alpes, il y avait :
  • Le Ferraret,
  • La Combe
  • La Rivoire
  • La Ponsonnière
  • Lairette
  • Les Poyas,
  • L'Alpe de Venosc.
Dans la direction du lac de Lauvitel, il y avait :
  • Les Aiguillons,
  • Les Ougiers,
  • Les Escallons,
  • La Danchère,
  • L'Argentière.
De nos jours, les hameaux qui connaissent encore une activité intense sont :
  • L'Alleau,
  • Le Bourg d'Arud,
  • Le Sellier,
  • Le Courtil,
  • La Ville,
  • Les Ors (en face de la mairie),
  • Ballatin,
  • Le Collet.

Rapide historique...
Durant l'antiquité des tribus nomades Ligures ont vécu dans la vallée de chasse, pêche, cueillette… Ces tribus ont d'ailleurs tracé l'actuel sentier qui monte aux Deux Alpes! Les premiers sédentaires se sont installés vers 7500 avant Jésus-Christ.
Au cours des XIIIème et XVème siècles des communautés villageoises sont apparues. La vie était bien rude dans cette vallée ! L'accès était plus que difficile, les risques naturels ne manquaient pas et la terre restait dure à cultiver !
C'est au XVIIème et au XVIIIème siècles que les premiers visiteurs arrivent dans la vallée. Ingénieurs, topographes, botanistes et géologues viennent étudier l'étrange montagne.
Durant le XIXème siècle, Venosc est devenue la capitale du colportage de fleurs. La majeure partie des hommes du village partaient ainsi une bonne partie de l'hiver pour gagner quelques sous en vendant des fleurs mais aussi tout ce qui pouvait se vendre . Les agriculteurs, chasseurs de chamois et bergers, connaissant sur le bout des doigts leur vallée, deviennent petit à petit guides.
Durant le XXème siècle (exactement entre 1900 et 1923) la route pour aller à la Bérarde est construite. Ce fut le début de la fréquentation touristique. La Bérarde devint entre les deux guerres mondiales la deuxième station française d'alpinisme! C'est la naissance des hébergements comme l'hôtellerie et les campings dans la vallée. La création des Deux Alpes offre de nombreux emplois à la population locale. Beaucoup de personnes deviennent moniteurs de ski.
En 1972, le téléphérique entre Venosc et les Deux Alpes offre aux touristes la possibilité de venir découvrir la vallée du Vénéon ainsi que ses boutiques et ses hôtels.
En 1973, La création du Parc National des Ecrins apporte une certaine image de marque à la montagne. Les touristes qui viennent à Venosc sont à la recherche de paysages naturels, de randonnées et de tranquillité. Le Parc National des Ecrins est le plus grand parc national de France.
En 1995, la télécabine actuelle est installée....

 
La vie autrefois...
Pendant les beaux jours :
A partir d'avril, il fallait remonter la terre qui s'était accumulée en bas des pentes, enlever les pierres des champs.
En mai et juin, les animaux quittaient les étables durant la journée et étaient rentrés le soir.
En juillet avait lieu l'amontagnage. Les hommes et les bêtes montaient aux Deux Alpes dans les alpages. L'été était destiné au fauchage du foin. Les ballots de foin étaient descendus via un cable tendu entre les Deux Alpes et Venosc. 700m de dénivelé !!!
À l'automne, dès septembre, les familles redescendaient dans la vallée pour les labours et la récolte de la pomme de terre.
Le 22 septembre avait lieu la foire de Bourg d'Oisans. Les villageois s'y rendaient afin de vendre les animaux qui avaient une valeur marchande. Il était très important de limiter le nombre de bouches à nourrir pour l'arrivée de l'hiver.
L'hiver :
L'hiver était consacré au colportage. Cette activité fut largement pratiquée à Venosc durant le XIXème siècle. Les hommes quittaient le village chaque année pendant l'hiver, pour essayer de gagner un peu d'argent en vendant toutes sortes de choses. Venosc est devenue avec Mont de Lans la capitale du colportage de fleurs. Beaucoup de graines et de bulbes de fleurs étaient vendus parfois même à l'étranger. Les colporteurs possédaient des planches qui représentaient les fleurs, c'était leur support de vente. Les femmes, restaient à la maison pour nourrir les animaux et prendre soin des enfants.
Une autre activité importante offrait du travail au cours de l'hiver c'était la mine d'ardoise. Dès la fin du XIXème siècle et ce, jusqu'au début de l'essor des sports d'hiver, l'ardoise a été l'une des principales sources de revenu et a permis aux hommes de travailler durant toute l'année. Les mines d'ardoise ont fermé en 1972. De plus, Grenoble célèbre pour sa ganterie (gants en cuir plus précisément en peau de chevreau) a offert du travail aux personnes qui souhaitaient travailler chez elles. Le contremaître amenait le travail aux habitants de Venosc et collectait régulièrement les gants dans chaque maison pour les amener à Grenoble.
La création de la station de la station des Deux Alpes…
Cette station touristique était un plateau d'alpage avant la Deuxième Guerre mondiale que les habitants de Venosc et de Mont de Lans majoritairement agriculteurs utilisaient pour faire le foin et garder leur troupeau pendant l'été.
C'est avec l'industrie du ski que Les Deux Alpes est devenue une grande ville de 30000 habitants.
En 1879, Pierre Balme un Venoquain voit l'opportunité d'attirer les touristes durant l'été et ouvre l'hôtel Balme (aujourd'hui Chalet Mounier ). Rapidement les chalets des paysans sont devenus des auberges, des hôtels et des refuges pour les touristes.
En 1932, Mme Tessa a été la première personne vivant aux Deux Alpes à l'année. Elle a ouvert un refuge aux Deux Alpes durant toute l'année.
En 1935, l' hôtel Mounier accueille plusieurs skieurs pendant la période de Noël et de Pâques.
En 1939, Jules Carrel, un jeune moniteur de ski de La Bérarde, a un objectif: développer le plateau et créer une célèbre station de sports d'hiver. Des remontées mécaniques sont alors construites de manière à développer la station de ski.
En 1955, de nombreux hôtels sont ouverts pour accueillir les touristes.
En 1972, Venosc et Mont de Lans, sont reliés à la station de ski en téléphérique.

 
Notre cadran solaire...
Venosc abrite l'un des plus anciens cadrans solaires des Alpes. Il a été construit en 1669. Certaines habitations possédaient un cadran solaire. Vous pouvez lire sur celui-ci l'inscription en latin «soleil qui ne connaît pas de fin". Ce cadran solaire a été restauré en 1997.

Notre église…
Il s'agit d'une église de style roman datant du IX ème siècle mais a subi au fil du temps modifications et agrandissements. La nef est de style moderne et a été réalisée en 1910 grâce aux pères Chartreux. Le retable date du XVIIème siècle et est de style baroque. Les deux Saints sont St Paul et St Pierre. Saint Pierre et Saint Paul sont inséparables. Ils sont les deux piliers de l'Eglise et jamais la Tradition ne les a fêtés l'un sans l'autre. St pierre est le titulaire de l'église et St Paul le patron de la paroisse. Grace aux dons des riches donateurs comme Jacques Rochette l'église est l'une des plus dotées de l'Oisans. On doit ses richesses aux dons des colporteurs qui ont fait fortune. Le clocher abrite la plus vieille cloche retrouvée en l'Oisans, qui date de 1622. Jacques Rochette est enterré devant l'église.